IN BETWEEN

 

Créée en 2013 entre 2 et 4 danseurs, un musicien, un designer multimedia vous invite à rentrer dans leur espace de jeu et vous l’approprier avec vos choix de lecture.



photos de répétitions credits G. Garofolin

1/7

à propos du format 

 

Notre démarche interactive et participative nous a orienté vers une zone d’expérimentation ouverte plus qu’à un ‘spectacle’  à offrir aux spectateurs . Nous les invitons au coeur même de la création, notamment par plusieurs formes d’interactivités : réflexions, captations, réponses du spectateur qui interviennent directement dans ce qu’ils voient…​



à propos du projet

 

Je n’ai pas d’addiction particulière à la technologie, Personnellement, la raison jubilatoire du travail avec et par l’image est qu’elle peut recevoir à la fois les données du réel et celles de l’imaginaire… une sorte d’entonnoir, qui peut être associé à celui dont je parle à propos de ma démarche de création, quand toutes les informations extérieures et mon imaginaire se mêlent et finissent par être filtrées, strictement au service du sens que je donne à chacun de mes projets.

Avec In Between, j’ai laissé parlé ma curiosité de cette expérience multiple …et de m’essayer à la complexité de l’échange !La notion de désir est le moteur de ce projet ; elle guide à la fois le passage d’un mouvement à l’autre, d’une énergie animée à inanimée, de désirant à désiré.

​à propos du Désir

 

La notion de désir est le moteur de ce projet ; elle guide à la fois le passage d’un mouvement à l’autre, d’une énergie animée à inanimée, de désirant à désiré.



à propos de Fibonacci

 

J’ai alors voulu travailler sur un contre point à « l’aléatoire » en choisissant de construire une trame (canevas) selon le procédé mathématique de la suite de Fibonacci. C’est un moyen de se donner une méthode, la suite est une zone d’expérimentation.



à propos des arts numériques….Guillaume Marmin

 

Je suis parti des 2 axes de travail proposés par Dominique : la question du désir et la  suite de Fibonacci. Schématiquement, la suite de Fibonacci est une construction arithmétique qui évolue de manière exponentielle. Plus on avance dans le temps, plus la valeur augmente rapidement. Sans trop verser dans la symbolique phallique, je suis tout de même parti sur quelque chose qui grandit et gonfle, mais aussi dont l’obtention de son l’apogée (déterminée selon la suite) aboutit à une déconstruction.
La définition (tout comme les cubes blancs peuvent évoquer des pixels) et la détérioration semblent inhérentes au désir lorsqu'on lit Epictète : « Ce n'est pas par la satisfaction du désir que s'obtient la liberté mais par la destruction du désir. »



à propos de la musique...Bertrand Blessing


Je vois In Between comme un laboratoire collectif où l’on joue d’abord les uns pour les autres. Pour moi, j’invite le spectateur à rentrer dans cet espace plus que je projette ma musique en direction d’un public.
J’ai proposé à Dominique de partir sur la voix et la basse électrique comme instruments que je retravaille en direct à partir de pédales d’effets​.



distribution

directrice artistique et idée originale : Dominique Guilhaudin

designer multimedia : Guillaume Marmin

musique et live : Bertrand Blessing

interprètes : Konan Dayot, Cedric Lequileuc, Henri Haddad